Home Culture Témoignage : Les derniers instants de Papa Wemba à son hôtel à...

Papa Wemba respirait la grande forme le samedi 23 avril, quelques heures avant son décès. Témoignage de ses derniers instants passés avec nous à l’hôtel Gestone à la Riviera 2 à Abidjan-Cocody.   

 Au moment où l’Afrique entière pleure le roi de la Rumba congolaise, Papa Wemba, décédé dans la nuit du 23 samedi au dimanche 24 avril derniers à la suite d’un malaise survenu en plein concert au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) à Abidjan, le témoignage de tous ceux qui l’ont rencontré dans ces derniers instants est important pour raviver sa mémoire. Je faisais partie des journalistes internationaux invités à cette 9e édition du Femua.

Ce samedi 23 avril, jour J du second concert du Femua après le succès du concert de la veille retransmis en direct sur les antennes de la première chaîne de la télévision ivoirienne, la RTI 1, une autre journée très ensoleillée se levait sur la ville d’Abidjan. L‘Hôtel Gestone sis dans le quartier très chic de la Riviera II où nous étions logés avec quelques artistes, grouillait déjà de monde.

Je suis descendu de ma chambre prendre le petit déjeuner vers 9h25 dans une salle moins pleine que d’habitude. La nuit avait été très longue parce que le premier concert du Femua du vendredi 22 avril avait pris fin aux environs de 6 heures du matin. Le roi de la Rumba congolaise qui n’avait pas encore chanté devant le public ivoirien, a fait son entrée dans la salle à manger vers 9h30. Il était  habillé dans une tenue décontractée. Son producteur manager, Cornely Malongi qui le suivait partout comme son ombre, l’avait précédé. L’artiste paraissait visiblement en pleine en forme.

Après les civilités d’usage avec les quelques journalistes qui prenaient encore leur café, notre confrère Albert Drogba Carino, membre de la cellule de communication du Femua, profita de ce moment pour présenter au roi de la Rumba congolaise l’ordre de passage des artistes programmés pour le concert de la soirée du samedi. Il est donc informé qu’il monterait sur scène un peu tard dans la nuit. Cela se comprenait aisément. Il était la star d’affiche attendue par le public d’Anoumabo.

Notre confrère ajouta même que cela était devenu une tradition au Femua pour les artistes de son rang. Ils étaient réservés aux heures de grande influence. Il rappela que lors de l’édition précédente du Femua 8, Alpha Blondy était monté sur scène aux environs de 3 à 4 heures du matin pour une prestation non stop. Le public en avait demandé à telle enseigne que la Raggae star avait dû prolonger sa prestation jusqu’au delà de 6 heures du matin. Briefé sur toutes ces questions, Papa Wemba conclut qu’il était prêt à relever le défi jusqu’au petit matin, s’il le faut, pour satisfaire le public d’Anoumabo. Mais hélas ! Le Roi de la Rumba s’est couché à jamais le micro à la main sans avoir gratifié ses fans du riche répertoire qu’il avait concocté pour l’occasion. Je salue la mémoire de ce grand artiste exceptionnel. Mes condoléances les plus attristées à sa famille et à ses proches.