Home International Côte d’Ivoire : Arrestation de six journalistes

Accusés de diffusion de fausses informations sur la mutinerie des forces spéciales de la semaine dernière, six journalistes ivoiriens ont été convoqués ce dimanche 12 février à la brigade de recherche de la gendarmerie d’Abidjan.

 Coulibaly Vamara et Amadou Ziao, directeur de publication et rédacteur en chef du quotidien L’Inter (indépendant), Bamba Franck Mamadou, directeur de publication du quotidien Notre Voie (opposition), Gbané Yacouba et Ferdinand Bailly, directeur de publication et journaliste du quotidien Le Temps (opposition), Jean Bédel Gnago, journaliste à Soir Info (indépendant) ont été entendus pendant des heures par les gendarmes.

Il est reproché à ces journalistes d’avoir divulgué « de fausses informations de nature à inciter les soldats à la révolte », selon le communiqué du procureur de la République lu sur la première chaine de la télévision nationale (Rti1).

Ils tombent « sous le coup de la loi qui réprime l’incitation des militaires à l’insoumission et à la rébellion, les atteintes à l’autorité de l’État et la publication d’informations fausses se rapportant au secret de la défense et de la sûreté de l’État », précise le même communiqué.

En effet, un mois après les mutineries de janvier, les soldats de l’unité des forces spéciales ont, eux aussi, entamé le 7 février dernier un mouvement de colère pour réclamer une hausse de leurs primes régulières. Les négociations qui s’en sont suivies avec la hiérarchie militaire ont permis de ramener le calme dans leur caserne.

La plupart des organisations de presse du pays ont appelé à leur « libération immédiate » considérant que ces arrestations constituent une entrave grave à la liberté de la presse.